close
Carnet de Voyage - Amérique du SudVoyage Brésil

Carnet de voyage de Claudine au Brésil – Partie 1 : Le Pantanal

Claudine_Pantanal_Avril2017 (1)

Depuis mon hamac, bercée par les cris des oiseaux, je reviens sur ces quelques jours passés dans le Pantanal, région la plus sauvage du Brésil.

Il s’agit de la plus grande zone humide du monde et c’est un spot de premier choix pour l’observation d’animaux. En effet, en moins de 24h, j’ai vu une variété incroyables d’oiseaux (des perruches colorées, le très rare toucan, des faucons de la savane, un ara…) mais aussi de nombreux caïmans, des buffles, un coati… un régal pour les yeux ! Bien plus spectaculaire, de ce point de vue, que mon séjour l’an dernier en Amazonie colombienne. Disons que c’est complémentaire car, là-bas, j’avais eu la chance de voir des dauphins roses et gris, une mygale, des singes micos..

Le lodge où je séjourne se veut éco-responsable. Andrea, le propriétaire, utilise le tourisme comme vecteur développement environnemental. Il considère que, comme les visiteurs veulent profiter d’une nature préservée, les acteurs locaux sont obligés de protéger la nature (limiter la déforestation, l’exploitation agricole et minière, les feux…).

On peut dire que ça fonctionne et que les animaux sont à leur aise ici : alors que je me baigne dans la piscine, je lève à peine la tête et là, que vois-je ? Une famille de capybaras ! Ils se baladent tranquillement dans la partie marécageuse qui borde le lodge ! Des oiseaux colorés sont perchés sur leur dos et leur tête pour leur enlever leurs tiques, quelle scène 😉 Je passe un long moment à les observer…

Capybara
Le capybara, un animal que je croiserai souvent

Nous voilà partis pour une balade à cheval dans les marécages, une façon originale de s’immerger dans ce décor sauvage ! Ainsi, nous pouvons observer de près le héron cendré et le héron au bec jaune, tellement charismatique. Il y a tellement d’espèces différentes ! Les rapaces, les cormorans, les immenses cigognes… Certains oiseaux sont amusants, ils mettent leur ailes à sécher, ainsi on peut les contempler, statiques, les ailes déployées. Il y a aussi cet oiseau noir à la queue mouchetée de blanc que le guide l’appelle « le Français » car c’est un  mangeur d’escargots 😉

L’important pour le cheval est de ne pas marcher sur un caïman, au risque de se faire attaquer. Les caïmans sont vraiment nombreux. Ils restent immobiles, « typiquement brésiliens : ils aiment se la couler douce » nous confie le guide. Dans l’absolu donc, pas de danger, mais se faire déranger par un coup de sabot agacerait même le plus pacifiste d’entre nous, non ?

Caïman !

Nous pataugeons dans ces eaux rougeâtres, au milieu des nénuphars et des jacinthes d’eau. Nous croisons des escargots roses et des crabes d’eau douce… Le spectacle est aussi auditif : nous évoluons dans un brouhaha impressionnant. Chacun veut se faire entendre.

En fin de journée, je profite d’un coucher de soleil mémorable. Alors que le ciel se rosit progressivement, un attroupement d’oiseaux, dans un vacarme colossal, se prépare. Des familles entières d’oiseaux se réunissent dans un joyeux bazar pour profiter de cet instant magique. Ils se perchent tous sur le même arbre… Je n’avais jamais vu un arbre abriter autant d’oiseaux ! Ce spectacle, accompagné un cocktail bien frais, est apaisant – les moustiques se chargent de le rendre un peu moins poétique cependant.

Pantanal coucher de soleil
Une soirée agréable 🙂

Ensuite, notre expédition nocturne est sympathique : on rencontre en chemin une vipère, des biches, des capybaras, un lapin. Mais la fatigue se faisant sentir, nous avons écourté la virée…

Pour notre 2ème journée, nous commençons très tôt : départ à 5h du lodge pour une balade sur des pontons menant jusqu’à une tour de 25 mètres de hauteur pour contempler le lever de soleil. Manque de chance, les gouttelettes de l’aube se transforment en véritable radée, nous sommes trempés et les nuages assombrissent le ciel. Mais nous grimpons quand même les marches glissantes et sommes récompensés par une superbe vue sur cette région marécageuse. A cette époque de l’année, l’eau descend progressivement. C’est impressionnant de voir cette étendue de végétation flottante. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, on voit essentiellement du vert (et peu d’eau finalement). Et c’est amusant de  voir des cactus côtoyer des pantes aquatiques ! De là-haut, j’ai la chance de voir de nombreux capucins, les 3èmes singes les plus intelligents (après les orang-outangs et les chimpanzés). Ils sont habiles – et surtout super mignons.

Nous partons ensuite faire du canoë, au milieu de nénuphars…et des caïmans ! Heureusement, ces derniers profitent plutôt du soleil sur les berges, mais on passe quand même pas loin de certains d’entre eux. Encore une fois, je vois des oiseaux de toutes les couleurs, tels que des hérons, des ibis… Je croise même un iguane, bien camouflé dans la végétation avec sa jolie couleur vert d’eau.

On s’arrête ensuite au ranch, où les chevaux sont élevés. Le propriétaires nous expliquent que cette race de chevaux s’est adaptée à la région : leur museau est habitué à retenir leur respiration pour manger les herbes sous l’eau et leurs sabots à être immergés dans l’eau plusieurs mois par an.

Ce lieu est vraiment magique. Je recommande d’y passer au moins 3 jours pour s’imprégner de l’ambiance et multiplier ses chances de voir d’autres animaux (jaguars, loutres…)

Et maintenant, en route pour Brasilia !

Vous aussi partez en voyage sur-mesure au Brésil, dans la région du Pantanal !

Claudine

L'auteur Claudine

Après un périple en Amérique du Sud, au cœur de la culture latino-américaine, je m’éprends de la Colombie : sa diversité et son authenticité. J'y retourne régulièrement et, à chaque fois, c'est un coup de cœur.

Laisser un commentaire