close
Carnet de Voyage - Amérique CentraleVoyage Costa Rica

Pourquoi choisir un circuit en auto-tour pour découvrir le Costa Rica ? Partie 1

MONTEZUMA – Restaurant PLaya de Las Artistas (8)

1/ C’est un petit pays, où il est facile de conduire

Le Costa Rica est un petit pays niché au coeur de l’Amérique Centrale, qui représente environ 1/10ème de la superficie de la France. Malgré sa petite taille, il abrite 6% de la biodiversité mondiale et peut s’enorgueillir d’être un pionnier en terme d’écotourisme et de développement durable.
Même si les distances peuvent paraître courtes, il vaut mieux raisonner en heures de route et non pas en kilomètres…

Le réseau routier est assez bien développé avec un axe principal : l’Interaméricaine, qui traverse tout le pays.
L’autoroute est bien entretenue, mais requiert une certaine vigilance, car au Costa Rica, même si la logique voudrait qu’on double par la gauche (comme chez nous), nombreux sont ceux qui vous dépassent par la droite (mais en vous avertissant par un bref coup de klaxon : faute annoncée à moitié pardonnée non !). En outre, le trafic y est assez dense car de nombreux camions circulent jours et nuits et créent bien souvent des embouteillages. C’est sans parler des cyclistes et piétons qui circulent aussi en bordure de route…

Les axes secondaires sont parfois plus chaotiques, avec des nids de poule et des chaussées défoncées. Les nombreux parcs nationaux et réserves naturelles sont le plus souvent accessibles par des pistes plus ou moins carrossables selon la saison.
C’est pourquoi, il est chaudement recommandé de privilégier un véhicule 4×4 pour voyager dans de bonnes conditions et pouvoir accéder partout sans être limité par l’état des routes.

Pour résumer, si vous avez soif de découvertes et d’aventures, si vous aimez voyager en autonomie et que vous êtes à l’aise avec la conduite d’un 4×4, l’autotour est fait pour vous !

2/ La liberté retrouvée !

Avoir son propre véhicule est synonyme d’autonomie, de liberté et de pouvoir profiter de chaque étape à son rythme, selon ses envies du moment !

Que l’on voyage en famille, en couple ou entre amis, il y a tant de raisons de faire une pause en parcourant les routes du Costa Rica !

En effet, que diriez-vous d’un petit plongeon dans une cascade au détour d’un chemin, d’acheter une friandise sur le bord d’une route ou encore de faire un tour de kayak dans la mangrove à la découverte des « cocrodilos » !

C’est ce que je suis allée tester au mois de mai lors de mon dernier voyage de repérage. Cette fois, j’ai planifié des visites sur la côte pacifique nord, plus précisément pour parcourir la Péninsule de Nicoya.

Mon but était d’orienter ce périple en suivant la célèbre devise costaricienne « Pura Vida », qui en d’autres termes pourrait signifier : prends le temps, et profite de chaque instant ! C’est ainsi que j’ai démarré mon circuit, avec dans l’esprit, de vivre 15 jours au rythme « Tico » (petit nom que l’on donne à la population costaricienne).

Après une arrivée en milieu d’après-midi à San Jose, je passe ma 1ère nuit dans la capitale à plus de 1000 m d’altitude, avec un temps pluvieux et gris, rien de très folichon… A cela s’ajoute le fait que nous sommes le 1er mai… Et oui, qui aurait pensé que le 1er mai était également chômé au Costa Rica !!  Certainement pas moi… Aussi, malgré la fatigue qui commence à peser sérieusement sur mes paupières, je pars dîner rapidement avant de rentrer à l’hôtel. Dîner, que dis-je… goûter ! En ce jour bien spécial, tous les restaurants sont fermés, sauf un situé à 2 « cuadras » de là, mais « attention, nous dit le propriétaire de l’hôtel, ce soir, il ferme à 18h ! »… Après quelques bouchées de riz avalées, un « pisco sour » dégusté (il fallait bien faire honneur au restaurant « El Machu Picchu » !), me voilà de retour à l’hôtel, avec pour seule hâte d’aller dire bonsoir à Morphée. C’était sans compter sur la bienveillance du gentil propriétaire de l’hôtel, qui choisit ce moment précis pour me conter toute l’histoire du Costa Rica !

SAN JOSE - restaurant Machu Picchu
Restaurant Machu Picchu

5h15 : les 1ers rayons de soleil percent à travers les volets. Après une belle nuit de sommeil, nous voilà prêtes pour aller explorer la côte Pacifique. La voiture de location est chargée (Hyundai Tucson 4×4), on découvre les prémices de la conduite « tica », pas toujours très « pura vida » il faut bien l’avouer ! A grand renfort de klaxon, tantôt un coup bref qui pourrait signifier « attention : Tico en approche par la droite », ou un son long et plutôt agacé, qui cette fois nous fait comprendre qu’il est préférable de laisser la priorité à notre compagnon de route ;  on progresse tranquillement sur l’Interaméricaine. Plus on descend dans la vallée, plus la température augmente. Après 3h de route, et une température de 36°C au compteur, on décide de faire une halte pour visiter le « Refugio Las Pumas », situé à proximité de Las Cañas (au sud d’Arenal). Il s’agit d’un centre de protection   d’animaux tels que des félins, singes araignées, capucins, aras, toucans, qui ont été retrouvés dans la nature en mauvaise santé ou qui ont été capturés par des gens mal intentionnés. Plusieurs bénévoles les soignent avant de les remettre en liberté dans leur milieu naturel.

La forte chaleur ambiante aura raison de notre fougue. Nous poursuivons donc sur une vingtaine de km jusqu’à atteindre les fameuses chutes « Llanos de Cortes ». Une pause rafraichissante s’impose !  Après 5 min de marche, on atteint une jolie plage de sable clair, point de vue idéal pour admirer cette superbe cascade de 12m de haut.

Cascades de Llanos de Cortes
Cascades de Llanos de Cortes

Après quelques jours au rythme costaricien, sous le soleil de la côte Pacifique à Tamarindo plus exactement, on décide d’aborder les choses sérieuses ! Au programme, ce sera un tour en kayak pour explorer les célèbres mangroves du Guanacaste et ses nombreuses espèces animales qui y trouvent refuge… Ce site protégé est considéré comme une des réserves la plus importante au monde.

Notre cher Ronaldito, que nous appellerons « Frisettes », allez savoir pourquoi… sera notre guide pour la journée ! Afin de faciliter notre navigation dans l’estuaire, on attend la marée montante pour que le courant nous soit favorable. On se faufile entre les palétuviers rouges et leurs racines aériennes qui donnent à la forêt une sensation d’infini.

A chaque coup de pagaie, j’ose un regard sur le côté pour entrevoir les yeux jaunes des crocodiles… Mais non, ce matin, ils ne seront pas au rendez-vous, peut-être un jour de chance !!

Après 1h30 de navigation, on débarque en bordure de forêt pour une petite randonnée à travers la végétation locale, durant laquelle on va notamment découvrir les majestueux manguiers au feuillage très dense ainsi que l’arbre sacré du pays : « le guanacaste ». Au loin, on peut discerner le cri de singes hurleurs qui par ce biais indiquent leur présence dans les environs.

Toujours est-il que le retour en kayak sera riche en rencontres en tout genre : de nombreux crabes grimpant sur l’écorce des arbres, une grande variété d’oiseaux (pélicans, hérons etc…), ainsi qu’un petit iguane tentant de remonter le courant qui sera sauvé par notre honorable guide.

Voilà encore une journée chargée en émotions et en belles découvertes !

A bientôt pour la seconde partie

Séverine

Tour en kayak dans la mangrove 2
Notre guide Ronaldito
Tags : recits de voyagevoyage costa rica
Séverine

L'auteur Séverine

J'ai eu l'occasion de réaliser mon rêve de voyage et de partir plusieurs mois en Amérique Latine en sac à dos. Du Machu Picchu au Pain de Sucre, en passant par l'altiplano, je partage aujourd'hui ma passion au quotidien.

3 Commentaires

    1. Bonjour,

      Le mois d’octobre au Costa Rica est une période de transition où il peut pleuvoir assez régulièrement. Toutefois, ça peut être intéressant pour observer une nature verdoyante et découvrir le pays sans trop de touristes ! Mais si vous souhaitez parcourir le Costa Rica à la meilleure saison, il serait mieux de partir entre décembre et août.

    2. Pour un circuit personnalisé, nous avons besoin d’échanger de vive voix : aéroport de départ, catégorie d’hébergement, étapes, budget… Je vous invite à nous contacter au 04 50 46 90 25 ou nous communiquer vos coordonnées.

Laisser un commentaire