close
Nos spécialistesVoyage Cuba

De Santiago à Baracoa, la découverte de Cuba #1

voyage_cuba_santiago_2

Depuis la semaine dernière, Mariana, spécialiste Cuba de l’agence Altiplano, est en voyage de reconnaissance à Cuba. Elle nous a fait parvenir ses premières impressions.

Jour 1 – Arrivée à Santiago de Cuba

Ça commence bien ! Paris Orly, la Cubana de Aviación a cinq heures de retard. Une attente interminable ! Au moins la compagnie nous a donné un voucher pour le repas et un goûter, c’est déjà ça… Nous arrivons donc à Santiago à minuit au lieu de19h00. Sur le tarmac la chaleur humide nous envahit. Passage rapide à la douane, rien à signaler, puis direction l’hôtel en taxi. Après dix minutes de trajet, le temps d’apercevoir quelques ruelles et bars, nous voilà dans notre chambre. L’hôtel San Basilio est super bien situé ! Nous sommes à proximité du centre et des principales attractions touristiques. L’accueil y est agréable, les lieux sont propres et les chambres spacieuses.

Jour 2 – Visite de Santiago

Après une courte nuit, et un bon petit déjeuner, nous visitons la ville. Nous débutons notre visite avec le Parc Cespedes où se situe la Cathédrale et les bâtiments du gouvernement (et les banques pour le change aussi !). Au parc nous tombons sur de nombreux « jineteros » (pseudo guides, pièges à touriste) parlant parfaitement français. Après en avoir esquivé plusieurs, sous la « pression » nous finissons par céder. Au final, nous tombons sur une jeune femme plutôt sympa qui nous aide bien. En effet, avec elle, nous visitons toute la ville en une seule journée.

Le soir nous profitons du Festival del Fuego qui a lieu sur les places et dans les « casas » de musique. Mon petit conseil : ne pas se priver d’un spectacle de danse folklorique à la Casa del Caribe, puis boire un mojito avant d’aller danser la salsa à la Casa Artex.

Dans les rue de Santiaog

Jour 3 – Direction Baracoa !

Nous devons récupérer une voiture de location… Quelle histoire ! On nous annonce qu’il n’y a pas de voiture disponible, en plus il pleut ! Après quelques instants, on nous en propose une dont l’état est plus que douteux… En négociant encore un peu, nous finissons par avoir un véhicule correct et partons en direction de Baracoa. Entre Santiago et Guantanamo la route est plutôt bonne, nous faisons une pause déjeuner dans un petit restaurant très sympatique: Los Girasoles.

Puis, nous continuons sur La Farola (nom donné à la route de montagne qui relie Guantanamo à Baracoa). Au rendez-vous, nature et folklore cubain ! Au plein milieu de la route (si si !), nous croisons des vendeurs en tout genre: bananes, citron, café, chocolat…

En fin d’après-midi nous arrivons à Baracoa. La route qui relie Baracoa à Villa Maguana (notre hôtel) est mauvaise. Toutefois, le jeu en vaut la chandelle ! Sous nos yeux, un vrai paradis: petite plage privée, bruit de l’océan, chant des oiseaux… Le soir nous mangeons au restaurant de l’hôtel. Agréablement situé au bord de l’eau, la nourriture y est très bonne.

Jour 4 – Les joies de Baracoa

Nous dégustons notre première langouste. Elle est fraîche, c’est un pêcheur du village qui nous en propose. Un vrai régal ! Pour à peine 15 CUC (pour deux personnes), nous avons un repas complet avec langouste, riz, salade et banane frite. Je vous conseille vivement d’en faire autant en allant voir Alesio, dernière maison à droite avant l’hôtel.

L’après-midi, nous partons pour une balade à pied dans le Parc Alesandro de Humbolt, afin d’y observer les cascades. C’est dans ce parc que se trouve la montagne El Yunque. En fin de journée nous nous promenons dans Baracoa, ville paisible avec de charmants hôtels. Après Santiago, venir à Baracoa c’est une excellente idée !

Baracoa, une ville paisible

Retrouvez ici la seconde partie du récit.

Consultez nos autres articles pour en savoir plus sur Cuba:

Tags : baracoarecits de voyagesantiago de cubavoyage cuba
Mariana

L'auteur Mariana

Je suis née et j'ai grandi au Brésil, et bien que je sois arrivée en France depuis plus de quinze ans, mon cœur restera à jamais épris de ce superbe pays. Je continue d'y retourner régulièrement et d'en ramener un peu de ses couleurs.

Laisser un commentaire