close
marché_artisanal_salvador

Aujourd’hui, nous partons à la découverte de l’association Vision du Monde et de leur nouveau programme de parrainage au Salvador. Emilie, partie en février 2020 au Salvador pour mener cette mission à bien, nous raconte son expérience.

Pouvez-vous vous présenter ainsi que l’association Vision du Monde ?

Bien sûr, je suis Emilie, chargée de programmes au sein de Vision du Monde depuis 3 ans. Je m’occupe principalement de l’Amérique Latine et du Moyen Orient.

Vision du Monde est une association de solidarité internationale présente en France depuis 2002. Elle fait partie du partenariat World Vision, première ONG de parrainage d’enfants à l’international. L’association mène également beaucoup d’autres actions relatives à l’éducation, la santé, la sécurité alimentaire et la nutrition, la protection des enfants contre la négligence et la violence…
L’amélioration du bien-être des enfants passe notamment par une coopération avec les associations locales, les parents, les professeurs ou encore la police.

Association vision du monde
Emilie, chargée de programme chez Vision du Monde, au Salvador

Pourquoi avoir choisi le Salvador pour y développer un programme de parrainage d’enfants ?

Notre mission est de nous développer dans des pays où les enfants sont les plus vulnérables. C’est le cas au Salvador où 1/3 de la population vit sous le seuil de la pauvreté, où beaucoup de parents sont absents et où, parmi les grossesses répertoriées, 28% sont des filles mineures.

Comme dans tous nos programmes de développement, nous travaillons en étroite collaboration avec nos équipes locales qui connaissent les besoins de la communauté dans laquelle nous intervenons. La population acceptent donc bien notre intervention.

À ce jour, 900 enfants salvadoriens attendent d’être parrainés et, depuis février 2020, 50 parrains ont déjà commencé cette belle aventure.

salvador_locaux_parrainage
Ces enfants salvadoriens attendent leur parrain ou marraine

Qu’avez-vous fait concrètement sur place ? Comment allez-vous aider la population locale ?

Durant les 2 semaines passées sur place, j’ai pu vérifier que les partenariats avec les mairies étaient mis en place et que les rôles de chacun étaient bien compris. De plus, j’ai visité des écoles pour voir les besoins et des centres qui ont pour but de donner accès à la culture et aux loisirs aux enfants. Enfin, nous avons également mis en place des clubs permettant aux enfants d’exprimer leurs émotions, de leur inculquer des valeurs.

cours_peinture_salvador_enfants
Pendant un atelier artistique permettant l’épanouissement des enfants

Qu’est-ce qui vous a marqué lors de votre voyage sur le terrain ?

Malgré les réserves des familles pour parler librement des problèmes des communautés, elles étaient souriantes. Les familles ont tout de même répondu aux questions et nous sentons une réelle volonté d’améliorer la situation de leur communauté. Les mairies ont également beaucoup d’idées pour changer les choses. Ce dynamisme et cette envie sont rafraîchissants. Elles sont porteuses d’espoir, c’est ce qui m’a le plus marqué.

Avez-vous eu le temps d’explorer le Salvador ? Qu’avez-vous découvert et aimé découvrir ?

Le programme de parrainage étant basé dans le golfe de Fonseca, à la Unión, j’ai pu découvrir cette région où il y a énormément d’îles. La montée sur le volcan Conchagua offre une vue imprenable sur les îles et l’océan Pacifique.

plage_playitas_la_union_golfe_fonseca_salvador
A la Unión, dans le golfe de Fonseca

J’ai profité de ce voyage au Salvador pour découvrir le pays mais ce n’était pas assez à mon goût. Il y a beaucoup d’endroits que je voulais voir et que je n’ai pas eu le temps d’explorer.

La visite de San Salvador, la capitale, a été une bonne surprise. Le quartier historique est très animé, ses maisons colorées avec ses colonnes sont charmantes. Des groupes de musiciens jouent dans les rues. Il est très agréable de flâner et de faire comme les locaux : de s’asseoir et de profiter du moment.

Près de San Salvador, l’ascension du volcan du Cerro Verde offre une belle vue sur d’autres volcans et la forêt environnante. J’ai particulièrement aimé traverser la forêt du Cerro Verde. Dans une ambiance tropicale, j’étais entourée de lianes et de fleurs qu’on ne voit pas en France. Le tout était coloré, sauvage, dense.

Vue sur le volcan Izalco au Salvador
Vue sur le volcan Izalco

Le volcan de Boquerón, quant à lui, est amusant à découvrir puisqu’un petit cratère (appelé Boqueroncito) s’est formé dans le cratère.

J’ai également découvert deux sites archéologiques, ceux de San Andrés et Tazumal. En partie cimentés, ils restent très impressionnants à découvrir.

Les ruines de Tazumal au Salvador
Les ruines de Tazumal

Si l’occasion de repartir au Salvador se représente, j’irai avec plaisir. Il y a encore plein d’endroits que j’aimerais découvrir, notamment la célèbre route des fleurs qui se ponctue de cascades, volcans et villes anciennement coloniales. La vallée de l’impossible, un peu isolée, m’intéresse également étant donné que j’aime beaucoup marcher en forêt.

Le parrainage d’enfants vient de commencer au Salvador, quelles sont les prochaines étapes ?

Nous allons continuer à renforcer le parrainage d’enfants pour que le plus d’enfants possible puissent connaitre cette expérience, et puissent avoir le soutien de leur parrain au bout du monde. Nous savons par expérience que le fait d’avoir un parrain ou une marraine contribue au bon développement de l’enfant.

Tags : recits de voyagevoyage salvador
Laurie

L'auteur Laurie

Passionnée de voyages et par les langues étrangères, j'aime partir à la découverte de nouveaux paysages et de nouvelles cultures. Je tombe amoureuse de l'Asie et plus particulièrement de la Chine et du Japon. Chez Altiplano, je vous partage avec joie nos pépites et bons plans.

Laisser un commentaire