close
Feuille_coca-2934673_1920

Les peuples andins ont toujours revendiqué l’usage traditionnel de la coca pour ses effet bénéfiques sur la santé.
Partons aujourd’hui à la découverte de cette feuille mystérieuse qui attire, qui déroute et qui créé souvent la polémique. Alors, qu’est-ce que la feuille de coca ?

L’usage traditionnel de la coca

La feuille de coca s’utilise essentiellement pour combattre le mal des montagnes dû à l’altitude. La prestigieuse université de Harvard a d’ailleurs reconnu ses propriétés médicinales. C’est ainsi qu’en Bolivie, et partout dans les Andes, la feuille de coca sert à l’élaboration du fameux maté de coca. Mais aussi à la fabrication de sucreries, liqueurs, sirops et bien plus encore.

Au-delà de ses vertus médicinales, la coca est empreinte de mysticisme. Elle fait partie des offrandes « classiques » faites à la Pachamama (la terre nourricière). La feuille de coca permettrait aussi aux chamanes, d’entrer en contact avec les esprits et divinités.

Le chamane appelé « Paqo » en langue Quechua

L’ONU rend légale la mastication de la feuille de coca

Depuis le 10 février 2013, la Bolivie a réussi, avec le soutien de la Convention unique sur les stupéfiants (ONU), à rendre légale la consommation traditionnelle de la feuille de coca, c’est-à-dire la mastication (l’acullico comme on dit là-bas).

ATTENTION cependant ! L’usage de la feuille de coca n’a pas été légalisé à l’échelle internationale ! Elle figure toujours sur la liste des substances contrôlées et toute personne quittant le territoire bolivien avec des feuilles de coca s’expose à de gros risques.

La coca n’est pas de la cocaïne

Le président bolivien, Evo Morales, a milité de nombreuses années pour que les producteurs légaux de coca de La Paz et de Cochabamba. Ils avaient jusque là, été injustement assimilés à de vulgaires narcotrafiquants, soient reconnus. De même, pour les consommateurs traditionnels de la feuille de coca qui passaient autrefois pour des toxicomanes.

Avant que cette résolution ne soit prise par l’ONU, la pratique millénaire de l’acullico était en effet mise au même plan, au niveau international, que la consommation de stupéfiants.
Pourtant, la coca n’est pas la cocaïne !
Mais alors, qu’est-ce que la feuille de coca ? La coca est un produit naturel, alors que la cocaïne est un produit chimique. Pour produire un kilo de cocaïne, il faut des tonnes de feuilles de coca séchées. C’est à celle-ci que l’on ajoute donc des composants chimiques tels que l’acétone ou l’acide sulfurique !

Pour célébrer la dépénalisation de la consommation traditionnelle de coca et rendre hommage aux producteurs traditionnels, le président Morales entend inscrire au calendrier une « fête de l’acullico« .

Sur place, la feuille de coca est vivement conseillée pour apaiser le « sorroche », le mal de l’altitude qui peut survenir lors de votre voyage en Bolivie.
> consultez ici tous nos conseils pour préparer au mieux votre circuit sur les hauts plateaux andins (Désert de Sel et Sud Lipez).
> pour en savoir plus sur la Bolivie, lisez notre article La Bolivie, cette destination si dépaysante !

Merci à Terres Magiques pour l’autorisation d’utilisation de cette photo.

Tags : gastronomiela paztraditionsvoyage bolivie
Marie

L'auteur Marie

Toute petite déjà, je rêvais de parcourir les merveilles d'Amérique du Sud. L’Équateur pour sa forêt amazonienne et le Pérou pour ses cités précolombiennes resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

Laisser un commentaire