close
severine-spécialiste-chili-torres-del-plaine

Après 19 heures de vol et quelques 13000 km parcourus, me voilà arrivée à l’extrémité sud des Amériques, ou plus précisément en plein cœur de la Patagonie chilienne !

Visiter cette région, connue pour la rudesse de son climat et la robustesse de ses vaillants habitants, durant l’automne austral est une curiosité que j’ai hâte de vous faire partager !

Ce sont des immensités arides de végétation rase qui s’offrent à moi, des ciels aux couleurs rougeoyantes qui illuminent les longues soirées hivernales. On se sent si petit ici, face à cet infiniment grand ! C’est avec des yeux d’enfants que je re-découvre tous ces paysages. En route !

Puerto Natales, la porte d’entrée de la Patagonie chilienne :

Située sur les rives du canal Ultima Esperanza, cette petite ville est la 1ère étape avant d’entrer dans le Parc Torres del Paine. On ressent que la forte saison touristique est terminée, et que les Chiliens profitent de cette période intermédiaire pour faire quelques travaux de rénovation dans les hôtels, souffler un peu, ou même, visiter leur région en famille.

Ce 1er jour de mon périple est consacré à la navigation vers les glaciers Serrano et Balmaceda. Comme nous sommes en basse saison, le bateau part uniquement les dimanches, il est donc primordial de bien réserver son excursion à l’avance. A ce week-end s’ajoute un jour férié au Chili, ce qui signifie que nombreux sont ceux qui ont profité de ces 3 jours pour voyager dans leur pays. Je suis, par conséquent, une des seules touristes venues de si loin, au milieu des locaux ! Alors que certains sortent leur thermos pour préparer leur « maté », d’autres grignotent des friandises au « dulce de leche » ! C’est sûr, je suis bien en Amérique Latine !

On navigue dans un 1er temps sur le Seno de la Ultima Esperanza offrant de part et d’autre des étendues sauvages. On aperçoit des estancias ici ou là, et les troupeaux de moutons qui paissent tranquillement, malgré le vent saisissant. Un peu plus loin, c’est une famille de loups de mer qui s’abrite sur un promontoire, présentant leur plus beau profil pour les photos à venir ! Après 3h de navigation, on parvient devant le 1er glacier, le Balmaceda, dont le bleu glacial contraste avec la roche ocre sur lequel il dévale. Puis, plus loin, on débarque pour emprunter un sentier, dans un joli bosquet aux couleurs d’automne, avant d’atteindre le fameux glacier Serrano, qui vient se jeter dans le lac. À cette période, les icebergs sont nombreux et bordent les rives du fjord.

Le Parc Torres del Paine, un véritable havre de paix !

parc torres del plaine
Des paysages à couper le souffle !

Pour ceux qui rêvent de terres lointaines, de nature sauvage et de quiétude, je vous invite vivement à découvrir le Parc Torres del Paine durant cette période de transition : entre mai et septembre. En effet, voici les nombreux atouts de voyager à cette saison :

  • Les sentiers de randonnées, même les plus empruntés habituellement, sont désertés. On croise quelques touristes avec qui on prend le temps de discuter, d’échanger sur nos impressions. Rien à voir avec les périodes les plus fréquentées (novembre à mars),
  • La météo, bien qu’instable tout au long de l’année, offre de longues périodes où le ciel est dégagé, permettant d’admirer tous les sommets : Los Cuernos, Las Torres et bien d’autres. En outre, le vent est beaucoup moins violent qu’en plein été, il est donc plus agréable de faire des activités en extérieur.
  • La faune locale est beaucoup plus facile à observer. La neige ayant recouvert une bonne partie des montagnes, les guanacos, cervidés et pumas descendent en altitude pour trouver leur nourriture. C’est pourquoi les amateurs de safaris photos sont nombreux à cette période.
  • Chaque secteur du parc revêt une couleur différente. Vers l’est (secteur Péhoé, Torres), on découvre une végétation rase et aride, aux tons dorés qui contrastent avec le sol gris foncé dû à l’érosion des roches millénaires après la fonte des glaciers.
lama chili parc torres del plaine
Une présence animale dans cette quiétude.

Plus à l’ouest et vers le sud (secteur Serrano, Grey), l’humidité est plus présente. Aussi, les arbustes et feuillus sont plus nombreux et se parent de couleurs chatoyantes à partir du mois d’avril. Sans oublier les nombreux lacs, certains gris, lorsque d’autres, plus profonds et chargés en sédiments, sont bleu turquoise ou vert émeraude.

parc torres del plaine lever de soleil
Lever de soleil derrière les nuages dans le parc.

Vous l’aurez compris, le parc Torres del Paine promet de belles découvertes que l’on voyage en plein cœur de l’été, ou qu’on vienne hors saison, l’expérience est toujours unique ! Découvrez bientôt la deuxième partie de ce voyage au Chili.

Vous êtes intéressé(e) par un voyage au Chili ? Contactez-moi dès maintenant:

Votre voyage au Chili

Séverine

L'auteur Séverine

J'ai eu l'occasion de réaliser mon rêve de voyage et de partir plusieurs mois en Amérique Latine en sac à dos. Du Machu Picchu au Pain de Sucre, en passant par l'altiplano, je partage aujourd'hui ma passion au quotidien.

Laisser un commentaire