close
Nos voyageursVoyage Pérou

Tour du monde : découverte du fameux lac Titicaca au Pérou

jeison-higuita-1464813-unsplash

Tôt le matin nos Globe Trotters quittent la Vallée Sacrée des Incas à bord d’un bus. Direction Puno !

Retour à Puno !

En chemin, ils s’arrêtent à Andahuaylillas, ancien village inca qui abrite la “Chapelle Sixtine des Andes”, construite au XVIème siècle par les Espagnols. L’intérieur est très coloré. Ils y observent des ornements de style mudejar, un autel baroque en cèdre blanc doré à la feuille, un orgue décoré d’anges. Des momies incas ont été retrouvées sous la chapelle, c’est tout ce qu’il reste de cette civilisation…

Plus loin, ils visitent le site inca de Raqchi. À l’époque, c’était un centre religieux et administratif très important. Il est constitué d’un bâtiment principal, le temple dédié au dieu créateur Viracocha, de maisons alignées réservées aux prêtres et de réserves de stockages de forme circulaire : les Qolqas. Le toit du temple repose sur vingt-deux colonnes de pierre. C’est le seul site Inca où l’on peut observer des colonnes. Quant aux réserves, elles permettaient de stocker la production de toute la plaine. La famine était ainsi évitée en cas de mauvaise récolte.

Le site Inca de Raqchi

Le lac Titicaca chez l’habitant !

Rencontre du peuple Uros

À cinq kilomètres du port de Puno, nos voyageurs découvrent las Isla Flotantes (les îles Flottantes) originellement habitées par le peuple Uros. La dernière véritable Uros est décédée à la fin des années 50. Depuis, ce sont les Aymaras qui occupent ces îles. Cependant, on continue de les appeler “les îles Uros”.

Ces îles flottantes se fabriquent de toute pièce à partir d’une espèce de jonc : la tortora, plante que l’on trouve en abondance sur le lac. Le résultat est impressionnant. Les Uros y vivent comme sur n’importe quelle île “traditionnelle”. Ils y cultivent le quinoa, pêchent, dorment, mangent… Pour naviguer sur le lac, ils utilisent des barques elles aussi faites de tortora. L’endroit est magique, les couleurs des costumes des femmes contrastent avec le jaune des joncs…

Un village flottant tout en couleurs !

Placido, leur guide, les emmène sur une des îles (on en compte une soixantaine) où Roy et les siens les reçoivent chaleureusement. Ensemble, ils forment une grande “famille” d’une vingtaine de personnes. Les femmes sont souriantes. Malgré la langue, ils arrivent à communiquer sans l’intervention de Placido. Sur l’île, il y a cinq huttes et un genre de mirador haut de trois mètres permettant de voir au loin et de communiquer avec les autres îles. Au centre, un bassin sert à l’élevage de poissons qui seront relâchés plus tard dans le lac.

Découverte de l’île Amantani

Après de longues discussions, les Globe Trotters partent faire un tour en barque traditionnelle. La leur a été baptisée Titanic, dans un autre contexte cela aurait pu être angoissant… Le lac est immense : 178 km de long pour 69 km de large. Pour rejoindre l’île la plus proche de Puno, Amantani, il faut compter plus de trois heures de navigation. Autant dire que, quand ils évoquent le lac d’Annecy, Roy rit aux éclats !

Bateau typique en roseau

Après avoir quitté Roy et son “clan”, notre famille se rend sur l’île d’Amantani, la plus grande mais la moins visitée du lac. Leur hôte Francisca les accueille, un petit bout de femme d’une soixantaine d’années vêtue de façon traditionnelle :  jupe de couleur vive, chemisier blanc brodé, large ceinture et châle noir. Ils font connaissance et la suivent jusqu’à sa maison où ils passeront la nuit. Là-bas, elle leur présente Pablo son mari, Herman son fils, Doris sa belle fille et José-Alberto, son petit-fils âgé de deux mois.

En fin d’après midi, ils gravissent la colline Pachatata (Terre père), l’un des deux sommets sacrés de l’île, pour contempler le coucher du soleil. Le paysage est une fois de plus époustouflant. Et le silence… Que c’est agréable… De retour chez Francisca, après une bonne tisane de munia (menthe sauvage), ils dînent tous ensemble dans la cuisine. Francisca est un vrai cordon bleu ! Et après le dîner, la fête ! Pour l’occasion, nos voyageurs enfilent des tenues traditionnelles et tous dansent au rythme de la musique andine.

Découverte de l’île Taquile

Le lendemain matin, direction Taquile, l’île voisine. Ils repartent plein d’admiration pour ces gens qui se battent pour garder leur paix et qui ont su s’adapter au tourisme sans en subir les mauvais côtés (pour l’instant). Après un passage à la coopérative artisanale où les hommes tricotent et les femmes brodent, ils montent sur la montagne pour admirer le paysage et les ruines pré-incas. Ils déjeunent sur place et, en fin d’après-midi, ils regagnent Puno. De ces deux jours sur le lac, ils retiendront cette autre façon de vivre, le respect total que ce peuple a pour la nature et pour ses traditions, ses racines…

L’ïle Taquile

Le bilan de leur voyage au Pérou

C’est le dernier jour de notre famille au Pérou et c’est avec beaucoup d’émotion qu’ils quittent ce pays.

“Ce pays nous a enchanté. Les Péruviens sont fiers de leur différence et de leur appartenance. Ils sont fiers de leur origine, et c’est ce qui nous a plu. Les guides qui nous ont entouré durant notre séjour, nous ont largement parlé des coutumes ancestrales qui sont encore pratiquées, et nous avons vu comment leur foi était encore profonde, en mélangeant le christianisme et la croyance en la Pachamama (la Terre mère). Dans ce pays où les montagnes sont si imposantes et majestueuses, où les déplacements se font à pied, où la vie est difficile par le climat, et où l’activité sismique est présente, on comprend l’importance pour eux, des esprits de la terre et de la montagne.”

Prochain pays de leur tour du monde : la Bolivie !

Tags : lac titicacatour du mondevoyage perou
Marie

L'auteur Marie

Toute petite déjà, je rêvais de parcourir les merveilles d'Amérique du Sud. L’Équateur pour sa forêt amazonienne et le Pérou pour ses cités précolombiennes resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

Laisser un commentaire