close
Carnet de Voyage - AsieVoyage Chine

Carnet de voyage d’Élodie en Chine – Partie 2 : Datong, Pingyao, Xi’an : Un condensé d’histoire !

Datong-Gir-Elodie (18)

Seconde partie du carnet de voyage d’Élodie en Chine qui vous délivre son ressenti sur les les villes de Datong, Pingyao, et Xi’an.

Retrouvez la 1ère partie de ce carnet de voyage dédiée à Pékin.

JOUR 5 : Bouddhas géants et monastère suspendu

Grands voyageurs que nous sommes, nous avons passé une nuit mémorable à bord de ce train couchette ! Très utilisé par les chinois comme mode de transport, il permet de voyager de nuit et ainsi de ne pas perdre une miette de temps : On s’endort à Pékin et on se réveille à Xi’an au petit matin.

Les chinois ont peu souvent l’occasion de rencontrer des « yeux non bridés », c’est donc une occasion parfaite pour échanger des regards, sourires à l’autre, jouer de curiosité.

Nous avons préféré la première classe, avec 4 couchettes par compartiment et une porte qui se ferme. Certains sont tout de même tombés sur des grands ronfleurs à leurs côtés…

Nous arrivons au petit matin en gare de Datong, projetés dans un tout autre univers. Notre guide Liu, que nous avons quitté la veille, nous avait annoncé : vous arriverez à Datong au lever du jour, puis en rigolant, avait reformulé en jouant avec les mots : « Vous arriverez à Datong à taton » !

Nous rencontrons notre nouvelle guide Jing qui nous prend sous son aile après cette courte nuit de train. Après un petit-déjeuner copieux, nous sommes prêts pour la journée de visite. Pendant le trajet, Jing nous offre des jujubes séchés et du thé du Shaanxi, des spécialités locales qui sont les bienvenues pour affronter le froid du jour. Nous arrivons aux grottes de Yungang et visitons ce site incroyable construit au 5ème siècle et inscrit à l’UNESCO en 2001.

grottes de yungang - Datong - carnet de voyage Chine

C’est une succession de 250 grottes abritant 51 000 bouddhas de toutes tailles, sculptés à même la roche, les plus grands pouvant atteindre des dizaines de mètres de hauteur.

Nous revoilà dans le bus, direction le monastère suspendu de Xuankong ! Le thé brulant et les jujubes sont devenus une habitude à chaque remontée dans le bus.

Nous arrivons au monastère, qui paraît tout petit vu d’en bas mais plus on s’approche, et plus on constate qu’il est réellement construit à flanc de falaise, c’est impressionnant ! Les nombreuses marches pour accéder au sommet ne nous découragent pas et nous arrivons tous jusqu’au premier niveau du monastère, ce qui confirme une fois de plus notre forme olympique !

Un parcours plutôt vertigineux mais très amusant nous fait découvrir le monastère et ses différents points de vue sur un paysage magnifique. Nous prenons mesure de la difficulté des ouvriers à construire un tel édifice en bois, suspendu à la roche directement dans le vide !

Monastère suspendu de Xuankong - carnet de voyage Chine
Le monastère suspendu de Xuankong

Nous reprenons la route pour Pingyao, où nous allons passer une nuit. Nous arrivons après le coucher du soleil à notre hôtel de charme, situé en plein cœur de la vieille ville. La patronne nous accueille très chaleureusement dans son petit hôtel à cour carrée qui a gardé son caractère traditionnel chinois avec une décoration soignée et pleine de charme. Un repas copieux nous attend lors duquel nous découvrons les saveurs du Shaanxi.

JOUR 6 : Pingyao – le charme de l’ancien

Nous partons à la découverte de la vieille ville de Pingyao, qui, contrairement à la plupart des villes chinoises, a gardé son caractère traditionnel et ancien. L’architecture chinoise y est restée intacte à l’intérieur des remparts de la vieille ville. La visite du monastère Shuang lin (« temple des 2 forêts ») ouvre cette belle journée ensoleillée, suivi d’un monastère taoïste puis de la banque de la ville, la première banque du pays, où nous y apprenons que les premières monnaies papier ont été inventées par les chinois.

Après un déjeuner dans un restaurant local, un peu de temps libre nous permet de profiter des nombreuses rues commerçantes de Pingyao, avec ses nombreuses échoppes.

Pingyao - carnet de voyage Chine
Pingyao de nuit

Le soir, nous prenons le train couchette pour Xi’an et quittons notre guide Jing, avec des jujubes plein les poches. Notre train s’arrête en gare de Pingyao seulement 5 min, nous avons donc adopté une organisation militaire : Les femmes entrent dans le train sans bagages et réservent les 2 couchettes pour le couple. Puis, les hommes montent à bord du train avec les bagages et rejoignent leur femme. En 2 minutes, les bagages sont rangés et chacun a rejoint sa couchette ! Une discipline digne d’une armée pour se mettre dans l’ambiance de demain !

JOUR 7 :  Xi’an et son armée de terre cuite

Le lendemain matin, nous rencontrons Jade en gare de Xi’an : elle éveille nos esprits encore endormis, avec son dynamisme et son entrain ! Dotée d’une excellente maitrise de la langue française, elle nous raconte l’histoire fabuleuse de l’armée de terre cuite du premier empereur, Qin Shi Huang Di. Souhaitant que son armée le protège, même après sa mort, il a fait construire cette armée de terre, au 3ème siècle av. JC. Ce n’est qu’en 1974 qu’un paysan découvre ce trésor enterré en creusant un puits et met la main sur les 8000 guerriers d’argile. Ces statues sont impressionnantes par leur nombre, par leur taille, mais aussi par les différentes expressions du visage, étrangement fidèles à celles des humains. La construction de cette armée aurait mobilisé plus de 700 000 ouvriers, un chantier pharaonique, ordonné par un homme tyrannique.

Nous poursuivons notre découverte de Xi’an par la petite pagode de l’oie sauvage, construite dans les années 700, pendant la dynastie Tang.

Lors de la visite, nous participons à une démonstration de calligraphie chinoise, par un maitre calligraphe francophone, qui nous apprend beaucoup sur l’écriture et la langue chinoise.

A la fin de cette initiation, il dessine en calligraphie, pour chaque participants, l’équivalent de leurs noms en caractère chinois. Le dîner de ce soir, près du grand théâtre de Xi’an, sera consacré par la dégustation des raviolis chinoises « jiao zi ». Puis, nous assistons à un spectacle de danses traditionnelles chinoises.

JOUR 8 : Culture et Religions

入乡随俗。

Rù xiāng suí sú.

A nouveau village, nouvelles coutumes.

Ce matin, nous partons à la découverte de la grande mosquée et du bouillonnant quartier musulman de Xi’an. Mais avant cela, nous visitons la fabrique de jade et en apprenons plus sur cette pierre précieuse originaire de Chine et très prisée pour tous les grands évènements comme les mariages chinois. Le jade est le symbole de l’amour et de vertu mais il est aussi connu pour ses nombreuses propriétés médicinales : détente, relaxation, éveil des sens, longévité, etc…

Dans le bus, Jade (notre guide, pas la pierre) nous apprend à compter en chinois :

  1. Yi 一
  2. Er 二
  3. San 三
  4. Si 四
  5. Wu 五

Tout le monde se prête au jeu et répète scrupuleusement avec amusement.

Nous nous dirigeons vers la grande mosquée, à l’architecture sino-arabe, dans laquelle nous apercevons des musulmans chinois pratiquant leurs prières quotidiennes. La guide nous explique que la plupart des pratiquants viennent de la minorité ouigour du sud-ouest de la Chine. La religion musulmane provient de la période des échanges commerciaux lors de la route de la soie avec le moyen orient. Xi’an fût le point de départ de cette route de la soie, un véritable carrefour culturel !

Après la visite, nous sommes projetés dans cette ambiance très animée du marché d’artisanat, similaire aux souks magrébins, qui débouche sur une rue bouillonnante, pleine de saveurs, d’odeurs, de couleurs et de découvertes culinaires : épices, fritures, brochettes, étals de viande avec des agneaux pendus, des poulet vidés, et des brochettes de scorpion, le tout présenté « à la chinoise », de façon très brute et étonnante pour nous français !

Un moment dépaysant pour tous nos sens et à tout points de vue !

 

Marché de Xi'an Marché de Xi'an
Marché de Xi'an
Marché de Xi’an

Nous partons ensuite pour les remparts de Xi’an, où nous entamons une marche, qu’on peut aussi effectuer en vélo ou tandem. Cette fortification, de 12 mètres de haut, est en très bon état de conservation et permet d’avoir une vue d’ensemble sur la partie moderne d’un côté, avec ses immeubles poussant comme des champignons, et la partie vieille ville de l’autre côté, avec des immeubles aussi, mais moins hauts et ayant conservé un certain style architectural chinois.

Puis, nous repartons pour l’aéroport de Xi’an et quittons notre guide Jade pour le sud de la Chine : Guilin, nous voilà !

PRÉPAREZ VOTRE PROCHAIN VOYAGE SUR-MESURE

Elodie

L'auteur Elodie

Passionnée par la Chine et suite à des études de mandarin, je parcoure ce pays qui me fascine. De retour en France, le goût du voyage m’emmène de nouveau en Asie, en Indonésie. Puis, je deviens définitivement amoureuse de l’Asie en découvrant de nouveaux horizons tout aussi trépidants : le Japon, le Sri Lanka, le Cambodge, la Birmanie et la Thaïlande.

Laisser un commentaire