close
IMG_8947

Enclavé entre les géants que sont l’Inde au sud et la Chine au nord, le royaume du Bhoutan est un des plus petits pays du continent asiatique.

Volontairement resté en retrait du monde et des révolutions industrielles, le Bhoutan a su bâtir et conserver une société où le progrès n’est pas mesuré à grand renfort de Produit National Brut, mais plutôt au travers du Bonheur National Brut!

Coupons Facebook et autres réseaux sociaux et partons au pays de l’authenticité !

1 – Découvrez une société traditionnelle protégée et préservée

Du fait de sa position isolée, en plein cœur de l’Himalaya, le Bhoutan est resté éloigné des grands conflits internationaux et du développement effréné. La majorité des relations entretenues avec le monde extérieur ont été assurées par les Anglais durant la période coloniale, puis par les Indiens.

Il faudra attendre le 20ème siècle et l’accession au trône du roi Jigme Singye Wangchuck pour que le pays prenne le pas de la modernité et de la transition démocratique.

Ainsi ce n’est qu’en 1936 que le gouvernement construit la première route du pays. La télévision et internet ont été interdits jusqu’en 1999. Imaginez un instant vous balader dans les rues de la capitale Thimphou, sans building écrasant, sans panneau publicitaire ou enseigne de McDonald’s.

Face à cette modernisation, le roi n’oublie pas la culture ancestrale de son pays et prend de nombreuses mesures visant à conserver les traditions : obligation de porter le costume traditionnel, instauration du fameux « Bonheur National Brut », protection de l’environnement et promotion de la culture bhoutanaise.

Anecdote : les Bhoutanais, peu friands de changements, ne virent pas d’un très bon œil l’arrivée d’une monarchie constitutionnelle pourtant plus démocratique (à la place d’une monarchie absolue). C’est le roi lui-même qui a dû convaincre la population du bien-fondé de cette résolution et des nouvelles libertés dont pourrait bénéficier la population. Un comble !

Un spectacle religieux dans les rue de Thimpu – Tourism Council of Bhutan /
© Josef Polleross

2 – Parcourez un pays situé hors des sentiers battus

Dans la logique de rester isoler du monde extérieur et de ne pas voir ses valeurs emportées dans le flot de la mondialisation,  le Bhoutan a mis place un quota annuel de touristes (100 000 individus chaque année). Afin d’éviter que le pays ne croule sous les demandes, les autorités ont aussi fixé l’obligation de passer par une agence agréée par le gouvernement pour organiser son séjour dans le pays. De ce fait, le gouvernement peut ainsi décider des prix et impose un minimum de 250 $ par jour pour un individuel.

Au revoir donc les hordes de touristes se bousculant et s’apostrophant pour prendre LA photo ; et bonjour la tranquillité, le calme et l’appréciation du moment présent.

Le Bhoutan est un trésor réservé à un certain niveau de portefeuille, on pourrait appeler cela : le prix de l’authenticité.

Le Musée National, aucun touriste ne se cache dans cette photo – Tourism Council of Bhutan /
©Josef Polleross

3- Admirez les paysages époustouflants du sommet du monde

Quand on vit au pied de l’Himalaya, l’une des plus importantes chaines montagneuses du monde, il faut s’attendre à en prendre plein les yeux. Avec 21 sommets culminants à plus de 7 000 mètres d’altitude, des vallées accidentées au climat parfois rude, côtoyant des reliefs plus doux au climat semi-tropical, le Bhoutan possède une incroyable richesse de paysages sur une superficie inférieure à 40 000 km².

Les sommets enneigés ne quitteront jamais votre champ de vision. Les sportifs confirmés apprécieront les différents treks, avec  la récompense de points de vues sublimes.

Si les sommets vous laissent de marbre, alors tentez votre chance dans la vallée de Paro, l’une des plus fertile du Bhoutan où l’on cultive notamment du riz rouge en terrasse.

A noter la possibilité d’effectuer des descentes en rafting et kayaks, ainsi que la présence d’excellentes pistes pour les amateurs de VTT.

Bienvenue au Bhoutan ! – Tourism Council of Bhutan /
©Josef Polleross

4 – Plongez au cœur de la culture bouddhique

Religion officielle du pays, le Bouddhisme vajrayāna, aussi appelé Bouddhisme tibétain, prend une place importante dans la société bhoutanaise.

Depuis 747 et l’arrivée de cette religion grâce au maitre bouddhiste Padmambhava (une figure emblématique de l’histoire de ce petit pays), le bouddhisme a marqué les mœurs et laissé sa trace au travers de nombreux monuments.

On dénombre pas moins de 2 000 monastères sur l’ensemble du territoire. On les reconnait grâce à la bande marron qui orne le haut des bâtiments. Le célèbre monastère de Taktshang, construit au sommet d’une falaise en est un très bel exemple, comme le Kurjey Lhakhang au Bumthang.

Autre construction, le chörten ou stūpa, érigé à la mémoire de grands maîtres, ou pour héberger des reliques et des offrandes est porteur de nombreuses significations (symbole de l’esprit de bouddha, de l’arbre de vie ou encore des 5 éléments). Un chörten doit absolument être contourné par la gauche, dans le sens des aiguilles d’une montre, sous peine de déchainer les démons..

Côté population, attendez-vous à ressentir la présence de la religion dans bon nombre de leur faits et gestes. Le port du costume traditionnel est ainsi de rigueur en public et lors des cérémonies officielles. Même si quelques jeans ont fait leur apparition chez les jeunes des grandes villes, vous n’aurez aucun mal à admirer la kira (robe pour les femmes) et les go (sorte de kimono pour homme).

Profitez de votre voyage pour assistez à l’un des très populaires festivals religieux, s’accompagnant de nombreux chants et de danses comme le Tshechu. Pour l’occasion les moines laissent tomber leur habituel réserve et exécutent des danses sacrées dans un tourbillon de couleurs.

Vous aussi partez et profitez d’un voyage sur-mesure au Bhoutan, le pays du Dragon Tonnerre.

Les moines du Bhoutan – Tourism Council of Bhutan /
©Josef Polleross
Amandine

L'auteur Amandine

Passionnée par les États-Unis, et l'Afrique, c'est finalement l'Asie qui répondra à mes envies d’ailleurs. Les paysages, les gens, le climat, la nourriture... tout m'intrigue et me fascine dans cette région du monde.

Laisser un commentaire