close
P1080569

Dû à la beauté de ses temples, à ses multiples sites majeurs, ainsi qu’à sa proximité du Taj Mahal et de Delhi, le Rajasthan est bien sûr la région la plus visitée de l’Inde. Mais outre la magnifique Jaïpur, dont nos voyageurs témoignent ici, d’autres sites moins fréquentés valent également le détour.

Jodhpur, la ville bleue

Situé à 340 km de Jaïpur, à la lisière du désert du désert du Thar, Jodhpur, surnommée « la ville bleue » pour ses murs entièrement recouverts de peinture azure, est la deuxième ville du Rajasthan. La citadelle de Mehrangarh, véritable bijou d’architecture, s’élève au-dessus de la ville, et derrière les remparts s’étalent des ruelles sinueuses au détour desquelles on trouve des marchés aux mille senteurs et couleurs.

Ranakpur et ses temple jaïns

Entre Jodhpur et Udaïpur, découvrez les temples Jaïns de Ranakpur, dont le fameux temple d’Adinath, un sanctuaire d’une beauté exceptionnelle ! Entièrement faite de marbre minutieusement sculpté, la cité de Ranakpur fait partie de nos coups de cœur. Il y règne un calme apaisant…

Temple Jaïn à Ranakpur

Kumbalgarh et son fort

A 1h30 de route de Ranakpur se trouve le fort de Kumbhalgarh. Le trajet entre ces deux sites est d’ailleurs un véritable plaisir. A travers une vallée verdoyante, aux pieds des Aravalli, les paysages pittoresques se déroulent et, par la vitre, on peut observer les petits villages typiques ainsi que le travail des champs. Les femmes, vêtues de leurs saris colorés, découpent, ramassent et portent le foin sur la tête tandis que les hommes retournent la terre et font tourner les norias (roue à bœuf) pour irriguer les champs. Un bonheur pour les yeux !

La forteresse de Kumbhalgarh est impressionnante. Elle possède en effet la plus grande muraille au monde après celle de Chine ! Depuis les donjons, on a une superbe vue sur la vallée et la chaîne des Aravalli, et si le temps le permet, on peut même voir à l’horizon les dunes du désert du Thar.

Udaïpur, la ville blanche

A environ 3h de route depuis Ranakpur, voici Udaïpur, « la ville blanche ». Trois lacs l’entourent : le Fateh Sagar, le Swaroop Sagar et enfin le Pichola, qui est le plus connu. Au milieu de ce dernier flotte le Lake Palace, un hôtel de luxe. On y trouve également l’île Jag Mandir où se trouve un autre petit palais utilisé comme restaurant, surtout pour les réceptions et les mariages (la « spécialité » d’Udaïpur). Une balade en bateau sur le lac permet d’observer la vie des ghats avec les lavandières,  d’approcher le Lake Palace et de débarquer sur l’île de Jag Mandir. Le mieux c’est de partir pour le coucher du soleil car les façades des ghats s’illuminent de rose. C’est très beau !

Bundi, calme et authenticité

Après Udaïpur, partons à Bundi, petit village surnommé « la petite Jodhpur » à cause de ses maisons, elles aussi, peintes en bleu. C’est un endroit charmant ! On a d’ailleurs l’impression que le temps s’y est arrêté. Au-dessus des anciens quartiers trônent le Bundi Palace et la forteresse de Taragarh construite au XIVe siècle. Le palais consiste en un ensemble de bâtiments construits autour d’un jardin central parfaitement entretenu. On peut y admirer quelques splendeurs du passé (sculptures, fresques, tapisseries…).

Les maisons bleues de Bundi

On trouve aussi à Bundi de grands puits anciens : les « stepwell » (ou « baoris »), puits-escaliers vieux de cinq siècles qui, pour certains, sont encore utilisés au quotidien par les habitants. On en compte 50 dont le Rani-Ki-Baori (puits de la Reine) qui descend jusqu’à 46 mètres de profondeur. La vieille ville et son marché sont eux aussi très plaisants : en flânant dans les rues on découvre les marchands de légumes, de fleurs, mais aussi des ateliers de « bangles » (bracelets typiques), de tissage…

Pushkar, le petit Varanasi

Après Bundi, faisons une halte à Pushkar (4h30 de route), petite ville tranquille propice à la méditation. Construite autour du lac sacré du même nom, Pushkar est un site de pèlerinage où l’on prend, aux pieds des ghats, des bains purificateurs. Tout comme Varanasi, c’est une ville sacrée pour les hindous. On y trouve de nombreux temples dont le seul temple du pays consacré à Brahma, le créateur de l’Univers. C’est une bonne ville de substitution pour ceux qui ne peuvent pas se rendre à Varanasi. Pushkar est mondialement connue pour sa foire aux chameaux, qui prend place tous les ans au mois de novembre.

Quelques notes pour la fin…

Novembre à avril est la meilleure période pour visiter le Rajasthan. Le taux d’humidité n’est pas très élevé, ce qui rend donc les températures tout à fait supportables. Avril est l’époque des récoltes dans la région. Le long des routes on peut donc observer dans les champs les agriculteurs qui travaillent encore de façon traditionnelle. C’est aussi la période des mariages : il n’est donc pas rare de voir les mariés célébrer leur union en pleine rue, au son des cithares et percussions.

Si vous avez aimé cet article, vous apprécierez aussi :

Tags : où partir ?rajasthanvoyage inde
Amandine

L'auteur Amandine

Passionnée par les États-Unis, et l'Afrique, c'est finalement l'Asie qui répondra à mes envies d’ailleurs. Les paysages, les gens, le climat, la nourriture... tout m'intrigue et me fascine dans cette région du monde.

Laisser un commentaire