close
cigare_cubaine

S’il y a bien un symbole de la culture cubaine qui s’est expatrié jusque dans notre chère France, c’est le cigare cubain, le fameux « habano ».  Plongeons ensemble dans le monde du cigare et du tabac.

Une culture conviviale autour du cigare

Le cigare est à Cuba, ce que le bon vin est à la France. Grâce au savoir faire pour la fabrication, grâce au terroir si particulier, les cigares cubains ont acquis une renommée mondiale et sont associés aujourd’hui avec les produits de luxe. Car un bon cigare, ça ne se fume pas au coin de la rue en attendant son bus.

On prend son temps, on s’assoit autour d’une table avec des amis, on ne parle pas de travail ou d’autres affaires sérieuses, et on l’accompagne d’un bon verre de son alcool préféré. Les connaisseurs de cigares sauront même vous dire quelle boisson va avec telle marque de cigare.

Avantage des cigares cubains comparé à d’autres produits du même acabit, ils sont entièrement naturels et faits à la main. Pas de produits chimiques  et cela se ressent dans le gout, offrant aux amateurs, différentes notes chocolatées, de café ou de cuir, bien éloignées des produits industriels.

La fabrication des cigares cubains

Christophe Colomb ferait mention de cigares cubains dans ses récits d’exploration, ce qui en dit long sur l’histoire et la tradition de fabrication.

La conception d’un cigare cubain prend du temps. Entre les premières semailles et l’assemblage final s’écoule une bonne année au moins. Les labours se déroulent en plein cœur de la chaleur de l’été cubain, pour les semailles en septembre. La récolte se fait ensuite en janvier. Le séchage des feuilles commence alors, strictement surveillé pour que la température ne dépasse pas les 35C° . Les feuilles sont ensuite triées selon leur taille et leur couleur.

La fabrication peut alors commencer, par ceux que l’on nomme « les torcedores« . Être un confectionneur de cigare n’est pas donné au premier venu. Il faut passer des sélections pour entrer dans une école reconnue, puis passer les examens. La plupart des aspirants assembleront des cigares simples, et les plus compétents auront la chance de fabriquer les produits les plus prestigieux. Les cigares sont assemblés en botte, chacune rigoureusement contrôlée. On utilise 3 types de feuilles pour confectionner un cigare, une feuille qui servira d’enveloppe externe, une feuille pour faciliter la combustion. Quant-à la dernière, elle donnera l’arôme à l’ensemble. Une fois l’assemblage terminé, les cigares reçoivent leur bague puis sont disposés dans leur coffret.

Vega Hector Luiz Pietro (23)
Atelier de confectionneur de cigares

La réussite d’un cigare dépend donc de nombreux paramètres, du choix du plant, à la terre qui aura fait pousser les feuilles, jusqu’à la compétence du rouleur.

Contactez-nous pour organiser votre voyage sur-mesure à Cuba à la découverte des fabricants de cigares.
Découvrez aussi son le carnet de voyage de notre spécialiste Richardoù il a pu visiter une plantation renommée.

Tags : traditionsvoyage cuba
Richard

L'auteur Richard

De tous mes voyages, l'île de Cuba a été pour moi l'expérience la plus enrichissante. Ses paysages, ses villes coloniales, la chaleur et la gentillesse de ses habitants, c'est une véritable invitation au voyage.

Laisser un commentaire