close
Nos spécialistesVoyage Cuba

La bonne ambiance cubaine à la Havane #1

Casas Miriam et Amelia (2)

Récit du voyage à Cuba de Richard, parti fin avril 2016 sur cette magnifique île et qui vous partage ses bonnes adresses, ses coups de cœur et son expérience de Cuba.

Arrivée à Cuba

La Havane, le 25 avril 2016

Arrivée à l’aéroport de La Havane, la douanière qui a dû fêter ses 18 ans il y a peu, prend tout son temps pour étudier les passeports, 20 minutes pour les 3 premières personnes, « bienvenido en el pais decontractado« .

Ce qui est marquant en arrivant, c’est le changement de rythme, ici c’est « tranquilo », le temps ralenti, l’échelle n’est plus la même, c’est agréablement contagieux, du coup on en profite pour savourer l’attente pour récupérer les bagages qui arrivent au compte-goutte.

A l’aéroport, il existe deux bureaux de changes à la sortie, 1 à droite et l’autre à gauche. Il y a environ une vingtaine de personnes dans chacune d’elles. Le taux de change n’est pas très bon à l’aéroport, tout comme dans les hôtels. Ainsi il vaut mieux privilégier les banques en villes, ou les Cadecas « bureaux de changes ». Le taux pour cette journée est de 1 € = 1,08 CUC.

L'effervescence cubaine
L’effervescence cubaine

Une fois dehors, on est rapidement pris dans l’agitation locale, les conversations endiablées résonnent de part et d’autre.
Après un transfert de 35 minutes (selon le trafic) nous arrivons en ville, l’accueil à notre hôtel est très agréable. Nous sommes reçus avec des sourires et des mojitos de bienvenue (hôtel Florida).

Flâner dans la ville

Premiers pas dans la vielle ville, « la Habana Vieja », visite du Palacio de Artesania avec un restaurant-bar. Ainsi que plusieurs boutiques de vêtements, bijoux, cosmétiques ainsi qu’une pharmacie et une boutique de cigare et de rhum.
Après une marche sous un soleil de plomb, nous souhaitions prendre une bière au bar cafétéria « El Bosquecito ». Mais plus de bière, alors deux Cuba Libre très translucides sur une petite terrasse tranquille et fraîche.

Nous sommes partis ensuite à l’hôtel Nacional pour tenter de faire le change. En effet, les files d’attente aux banques de la vieille ville étaient dissuasives. Devant l’entrée de l’hôtel Nacional stationnent de nombreuses voitures américaines, parmi les plus belles pour la clientèle huppée. C’est donc un très bon endroit pour trouver une superbe voiture américaine.

Le wifi est en train de se généraliser dans les hôtels mais les connexions sont encore aléatoires. Pour savoir où vous pouvez trouver une connexion wifi dans la rue ce n’est pas compliqué, il suffit de repérer les attroupements des Cubains en général devant les grands hôtels. Ils ont tous envie de se connecter avec le reste de la planète, c’est une révolution numérique en route.

Nous avons arpenté peu après la calle Obispo, dans laquelle on trouve de tout, les achats se font dans les magasins comportant la mention Habaguanex où l’on peut payer en CUC. Petit coup de cœur pour une  pharmacie avec des récipients inscrits en latin, c’est une pharmacie du 19ème siècle, le voyage dans le temps est à tous les coins de rues… On peut aussi trouver dans cette rue un super marché d’artisanat en plein air où le talent artistique des Cubains s’exprime pleinement.

Un tour au parc

Nous partons ensuite pour le « Parque Central » où se déroule tous les dimanches après-midi des sessions de salsa envoûtantes. Nous n’avions malheureusement plus l’énergie pour y participer avec tous ces kilomètres parcourus à quadriller la ville. Cette place est aussi le point de départ du City tour en bus panoramique. L’excursion commence à 9h et se termine à 18h sans interruption avec un départ toutes les 20 minutes pour une durée de 1h30. Durant cette visite, il faut faire toutefois attention aux branches d’arbres qui pourraient délunetter ou décasquetter les quelques inattentifs, « mais bon ça va quand même, tranquilo. »

Quartier à la Havane
Les rues sont toujours très colorées à la Havane

La calle Brasil est plus « tranquilo » pour ceux qui recherchent un peu de calme, avec une belle boutique branchée de T-shirts artisanaux et d’art « made in Cuba », ainsi que deux très beaux paladares flambants neufs.

Nous avons déjeuné  au restaurant El Ajibe, spécialisé dans le poulet grillé avec sauce maison, riz, haricot noir, banane frite et salade. Très belle adresse dans le quartier de Miramar.

Coup de cœur

Notre coup de cœur du jour va à la Cerveceria « avenida del puerto », et le   qui se situent en face de l’iglesia de Paula. A la Cerveceria, on peut savourer des bières brassées sur place en assistant à un spectacle de musique Cubaine. Il y a aussi deux grandes terrasses qui donnent sur la baie de La Havane.

Juste à côté se situe le Mercado Artesanal San josé, où l’on trouve une fois encore un peu de tout. Environ 150 petites échoppes très diverses, musique comme toujours, c’est vraiment le paradis du touriste pour satisfaire ses envies de souvenirs, et tout cela sans bousculade car apparemment encore peu connu.

Les prix moyens des transports et des entrées:

 Bicytaxis : entre 3 et 5 CUC, 3 si vous négociez et 5 si vous la jouez royal.

Cocotaxi : 5 CUC pour une course standard « maxi 5km », et 8 CUC pour une course plus longue.

Taxi : à partir de 10 CUC

Le prix des entrées « musées, cimetière, forteresse… » varie en moyenne de 2 à 8 CUC

Il y a une belle balade qui consiste à partir de la place Parque Central « hôtel Telegrafo », et de descendre le Paseo del Prado où de nombreux artistes peintres exposent leurs œuvres, jusqu’au Malecon « 1,5km » où se bécotent des couples en refaisant le monde.

La bonne ambiance règne dans les cafés cubains

Sur le trajet on retrouve plusieurs cafétérias et paladares, si vous souhaitez avoir un peu de tranquillité.
Le Jazz-café se situe à côté de l’hôtel Melia Cohiba. C’est une excellente salle de concert de Jazz, et le Habana café se trouve dans l’hôtel Melia Cohiba, où stationnent aussi de magnifiques voitures américaines.

Bon plan

A Cuba, il fait jour de 7h à 20h, au mois d’avril bien sûr, l’idéal serait que je reste toute l’année sous ce beau soleil pour vérifier les horaires « au cas où ».

Les paladares « El del Frente, O’Reilly, et Los Mercaderes » sont des musts, mais il faut absolument réserver le plus tôt possible pour avoir une chance d’y manger, c’est un principe général pour tous les paladares qui sont pris d’assaut.

Nous avons finalement pris un taxi Lada des années 60 pour rentrer à l’hôtel. Le conducteur était impeccable ainsi que sa voiture et, malgré le manque d’amortisseurs, nous sommes arrivés entiers.
Le soir, nous avons été invités au Paladar la Guarida, ouvert depuis le 14 juillet 1996 dans une belle demeure du début du XXe siècle. Elle abrite encore des habitants avec leur routine quotidienne. Ainsi qu’un restaurant et un roof bar d’où nous pouvons observer la ville tout en sirotant une agréable limonade fraîche (ou un daiquiri).
C’est un lieu très branché où de nombreuses stars sont passées, pas étonnant que nous ayons été invité 🙂

A bientôt pour la suite de notre voyage dans la partie 2 : Maria la Gorda.

Découvrez d’autres articles blog sur Cuba :

Tags : la havanerecits de voyagevoyage cuba
Richard

L'auteur Richard

De tous mes voyages, l'île de Cuba a été pour moi l'expérience la plus enrichissante. Ses paysages, ses villes coloniales, la chaleur et la gentillesse de ses habitants, c'est une véritable invitation au voyage.

Laisser un commentaire