close
rando wilderness parcs nationaux USA

Découvrez les meilleures randos aux USA, ou “comment s’immerger dans les parcs nationaux ?

En 1872, le premier parc national des USA est créé, il s’agit du parc de Yellowstone, connu pour ses impressionnants phénomènes géothermiques. S’en est suivie la création de nombreux autres parcs nationaux, aujourd’hui au nombre de 63 (dont les fameux Yosemite Park et Grand Canyon). Leur père fondateur, John Muir, s’est battu pour préserver la beauté de la Nature, et non l’exploiter aux bénéfices des Hommes.

Ces sites naturels préservés sont donc partiellement exploités pour le tourisme, mais une grande majorité de leur territoire (environ 90%) reste totalement sauvage, c’est-à-dire que même si un arbre tombe, on le laisse sur le chemin. Il s’agit du « wilderness », comprenez « l’espace sauvage », accessible uniquement aux personnes montrant patte blanche (voir explications en fin d’article). Cet accès à un nombre restreint de visiteurs permet d’y vivre des expériences uniques au cœur de la vie sauvage. Nous rencontrons aujourd’hui David V.L qui a pris le temps de tous les visiter sur 5 années d’exploration. Il partage avec nous son TOP 5 des randos aux USA ainsi que ses coups de cœur et conseils.

TOP 5 DES RANDONNEES AUX USA

N°1 – La plus sauvage : Olympic National Park (Etat de Washington), en communion avec la faune et la flore

Dans un monde où l’homme n’est pas un danger, nous devenons des animaux comme les autres. La cohabitation avec la faune se fait ainsi tout naturellement. En pénétrant ces forêts luxuriantes aux arbres recouverts de mousse, le concert de centaines d’oiseaux et d’insectes nous enveloppe et nous accompagne tout au long de nos marches. Les chipmunks (sorte de petits écureuils) jouent à cache-cache, les aigles à tête blanche nous observent (et vice versa). Les troupeaux de wapitis nous cernent et nous laissent même le privilège de les toucher… Des sensations inégalées.

N°2 – La plus confidentielle : Edmaier’s Secret (Arizona), découverte spirituelle

Son accès est tenu secret, même les rangers ne communiquent pas les informations. Pourquoi ce secret ? L’idée est de préserver ces décors sculptés dans une roche extrêmement friable. J’ai adoré parcourir ces paysages de « brainrocks » (roches en forme de cerveaux), aux dégradés rouge, ocre et jaune. Je me suis alors me trouvé en face d’un éléphant de 10 mètres de haut taillé naturellement dans la roche ! Je recommande de passer une journée entière pour découvrir cet autre monde, presque spirituel tant il semble fragile. Si vous tenez à découvrir ce lieu magique, vous pouvez trouver sur Internet les coordonnées GPS. Mais, s’il vous plaît soyez très précautionneux et discrets pour ne pas effriter ces fines dentelles de grès.

N°3 – La plus difficile : Salt River (Arizona), notre plus grande peur

Cette randonnée de niveau difficile mène vers une chute vertigineuse de 1300 m de dénivelé sur 5 km. Elle est assez confidentielle car seuls 200 permis sont délivrés par an pour la réaliser. On suit la little colorado river aux eaux laiteuses chargées en sel qui fascine par sa couleur turquoise, surtout lorsqu’elle se jette dans les eaux boueuses, presque rouges, du fleuve Colorado. Cet impressionnant spectacle est forcément classé dans mon TOP 5 des randos aux USA !

Mais, bien que subjugués par la beauté des paysages, nous avons vécu la plus grande soif de notre vie. Nous avons cru mourir de déshydratation car nous n’avions plus une goutte d’eau en pleine remontée de ce canyon brûlant… Alors que ma femme est partie devant pour ramener de l’eau, une dame habillée en blanc m’a littéralement sauvé la vie en m’offrant un litre d’eau qu’elle avait prévu en trop.

N°4 : La plus exclusive : Havasu Falls (Arizona), dans la réserve d’une tribu indienne

Au Sud-Ouest du Grand Canyon (en dehors du parc national) se trouve un parcours de cascades grandioses et de piscines naturelles aux eaux bleu ciel qui invitent à la baignade. On y accède après une éprouvante randonnée de 16 km au milieu des roches rouges. Les indiens Havasupai préservent ce site magique en limitant l’accès par des permis. Ces derniers obligeant au moins une nuit sur place, à réserver en avance. A noter que les tickets vendus en février disparaissent en 15 minutes.

N°5 : La plus haute : l’Ascension du Mont Rainier (Etat de Washington), le toit des Etats-Unis

Plus confidentiel que celui menant au Mont Blanc, ce trek sur 2 jours permet de gravir le plus haut sommet des USA (hors Alaska), situé à 4 392 mètres d’altitude. C’est une prouesse d’atteindre le sommet (avec seulement 40% de taux de réussite). En effet, il est techniquement difficile : glaciers, crevasses, sol mouvant, échelles, ponts… De plus, le climat est très rude (avec des températures négatives toute l’année). Il est réalisable sur 3 ou 4 mois dans l’année et représente un excellent entrainement pour l’Everest.

3 CONSEILS POUR S’IMMERGER DANS LA VIE SAUVAGE DES PARCS NATIONAUX

Au vue de vos 5 années d’expérience au cœur des parcs nationaux, que recommandez-vous aux voyageurs qui souhaiteraient vivre des expériences plus authentiques et intenses ?

1/ PARTEZ DANS LE WILDERNESS !

Sortez des sentiers balisés, allez au-delà des 6% des parcs visitables de façon classique. Aventurez-vous aux confins de ces parcs extraordinaires pour une réelle immersion dans la nature sauvage ! Concrètement, il faut se rendre au « visitor center » et répondre aux questions strictes du ranger : quel itinéraire pour quel objectif, mais aussi prouver qu’on a de la nourriture, qu’on ne vient pas pour chasser et qu’on sait randonner sans laisser de trace. Pour prouver qu’on respecte l’environnement, il faut aussi montrer son sac à dos, alors je vous conseille :

  • d’emporter un couteau suisse
  • de prévoir une poche à caca pour ne pas polluer les sols. Lors d’un contrôle des rangers, vous pouvez écoper une amende de $2000 si vous n’avez pas récupéré vos excréments ! L’idée est de ne laisser que ses empreintes de pas. Pensez aussi à nettoyer vos feux de bois (même s’ils sont autorisés).
  • d’utiliser de la sève et de la cendre pour vous laver et vous brosser les dents. J’ai réalisé qu’en dehors de l’eau de boisson, j’utilisais l’équivalent d’un verre d’eau par jour. Alors qu’en France, il s’agit plutôt d’une cinquantaine de litres en moyenne en France.

2/ SOYEZ PRUDENTS FACE A LA FAUNE

Dans certains parcs, mieux vaut être très prudent et prendre garde de ne pas croiser des pumas ou cougars. Il vaut mieux toujours faire du bruit et être armé au cas où. Concernant les ours, il en existe deux catégories :

  • Les ours noirs (parfois de couleurs camel ou marron) qui sont les plus communs et quasi-inoffensifs (dont un qui a grimpé sur notre 4×4 une fois !). Ceux-ci vous ignorent généralement. Mais dans le doute, il faut rester stoïque, se mettre côte à côte pour sembler plus nombreux et faire du bruit en agitant les bâtons afin de les effrayer.
  • Les grizzly (notamment à Yellowstone) qui ont de grandes épaules, un gros museau et petites oreilles. Ceux-là en revanche sont très agressifs. Il faut donc reculer en leur faisant face, utiliser une bombe qui projette du poivre à 100 mètres et déclencher une alarme bruyante.

Mais la majeure partie des animaux nous considèrent juste comme des voisins de passage donc les rencontres se vivent de façon tout à fait naturelle.

3/ PRENEZ LE TEMPS DE SAVOURER

Je note que la majorité des vacanciers visitent une multitude de sites lors de leur voyage aux USA. Au final, ils parcourent énormément de kilomètres pour n’avoir qu’un bref aperçu de chaque décor… ce qui peut laisser sur sa faim, avec un goût amer de frustration.

Alors oui, il faut faire des choix, et peut-être ne sélectionner que 3-4 parcs en 3 semaines. Mais il s’agit de prendre le temps d’entrer en communion avec une nature vierge qui a quasiment disparu d’Europe – en France, je constate que nous bénéficions d’une végétation incroyable mais d’aucune faune sauvage… Je sais que ralentir le rythme peut parfois être frustrant mais je vous garantis que vous aurez une reconnexion totale avec la faune et la flore.

Au-delà des paysages, vous pourrez vivre des expériences uniques, sentir les arbres communiquer entre eux, contempler la diversité de la flore et approcher des espèces animales rares. Plutôt que d’enchaîner les heures de route, je ne peux que vous inviter à décupler les sensations fortes et développer une plus grande sensibilité à la Terre Mère. Personnellement, j’ai gravé dans ma mémoire cette émotion unique vécue à Olympic National Park, au moment où des papillons sont venus se poser sur nous pour nous recouvrir entièrement… un instant magique.

Merci à David pour son témoignage et ses astuces.

Pour en savoir plus sur les préparatifs, n’hésitez pas à nous contacter !

Pour encore plus de découvertes inédites aux Etats-Unis, découvrez :
Les coups de cœur d’Alice aux USA
Nos idées de découvertes en dehors des sentiers battus

Tags : activités outdoorhors des sentiers battustémoignagesTOP 10voyage responsable
Claudine

L'auteur Claudine

J'ai eu la chance de barouder 6 mois en Amérique du Sud ... et cela m'a donné la passion du voyage. Quelques années plus tard, j'ai renouvelé l'expérience en partant 6 mois en Asie et en Océanie... Grâce à Altiplano, je continue de parcourir le monde chaque année !

Laisser un commentaire