close
Cienfuegos (13)

Sixième partie du récit du voyage à Cuba de Richard, parti fin avril 2016. Et si vous voulez commencer du début découvrez les articles d’avant :
Partie 1 : La Havane Partie 2 : Maria la Gorda, 3 : Viñales4 : Playa Larga,  5 : Playa Giron.

Cienfuegos

Je reprend la route pour Cienfuegos. Je vous conseille de respecter la limitation de vitesse, cela vous permettra de savourer le paysage et d’éviter les trous « sources de crevaisons ».
A plus de 80km/h vous n’aurez jamais le temps de freiner et d’éviter ces trous. Même quand vous êtes sur une route impeccable, ça ne veut pas dire que tout d’un coup, vous ne tomberez pas sur un très gros trou! Donc prudence, et vous êtes en vacances.

Petite anecdote

Je décide de me rendre à la pharmacie car j’ai une gingivite depuis 2 jours et j’ai terminé hier soir ma boite de paracétamol. Je demande à la pharmacienne une plaquette d’anti-inflammatoire et trois plaquettes de paracétamol. Elle me répond qu’il me faut une ordonnance. Je tente mon regard du genre, » allez quoi, soyez sympa »  mais sans résultat, la pharmacienne reste inflexible.

Un jeune homme qui se trouve à côté et qui a tout suivi de la conversation me demande de l’accompagner jusqu’au docteur à 15m. Il y a une file d’attente importante mais ce n’est pas un problème pour lui. Il tape à la porte du centre de soin en doublant tout le monde, personne ne dit rien « tranquilo », ils se connaissent tous.
Une femme apparaît, il discute avec elle, elle va chercher le docteur qui lui donne immédiatement une ordonnance. Retour à la pharmacie, il redouble encore deux personnes, et la pharmacienne lui donne six plaquettes de paracétamol sans qu’il ait à les payer. Il me les donne immédiatement, je lui demande combien je lui dois, il me répond « nada ». Je le remercie « muchas gracias, suerte », et n’insiste pas pour lui donner de l’argent, c’est sa fierté qui est en jeu. Je me retrouve avec un gros stock de paracétamol, hiha vamos, je pars avec le sourire.
La solidarité n’est pas un vain mot ici. Personne ne vous laissera dans la difficulté à Cuba.

Visite de la ville

Arrivé à Cienfuegos vers midi, je demande comme d’habitude mon chemin, même si mes plans d’accès sont bien faits. Ainsi les rues portent toutes deux noms différents à Cuba, et les Cubains adorent renseigner. Ils aiment donc le contact, n’hésitez pas.

J’arrive à l’hôtel La Union. On me dit que ma chambre sera prête dans une heure. Je laisse alors ma valise, je gare la voiture dans le parking privé gratuit de l’hôtel. Puis j’en profite pour me rendre sur la place José Marti « héros de la révolution cubaine », magnifique place où se trouve le théâtre Tomas Terry, à 100 mètres de là.
Je fais de nombreuses photos, et je visite ce théâtre historique où a joué entre autres Sarah Bernhard.
L’entrée coûte 2CUC, je discute sur place avec une guide francophone qui  me raconte l’histoire de ce théâtre proposant une programmation différente chaque jour.

Théâtre Tomas Terry - Cienfuegos
Théâtre Tomas Terry – Cienfuegos

Un hôtel  qui ne manque pas d’atout

L’hôtel colonial la Union 4**** est d’un excellent niveau. Ainsi la piscine est très agréable, et il y a une terrasse avec vue sur les édifices de la place José Marti.
Le soir un excellent groupe joue pour vous, quand vous prenez votre dernier verre avant d’aller dans les bras de Morphée.
Il y aussi une pharmacie privée dans l’hôtel (dommage j’ai déjà mon paracétamol et ma douleur commence à s’estomper, sinon j’aurais pu la tester 😉 ).
Juste en face de l’hôtel se trouve une boutique Etecsa d’où vous pourrez envoyer et consulter vos mails avec une carte de connexion d’une heure prépayée. L’hôtel n’a pas de connexion wifi, il y a une connexion wifi sur la place. Mais vu qu’il y a en moyenne 50 personnes connectées en même temps, c’est un peu difficile de l’utiliser. Les connexions wifi publiques sont trop sollicitées, vous aurez peut-être plus de chance tôt le matin quand il y a moins de monde.

Le soir j’ai dîné au restaurant de l’hôtel, voici mon choix : Ceviche en entrée et Camarones al aljillo en plat de résistance. C’était tout simplement excellent avec un service et un accompagnement musical du même qualificatif. Vous passerez une excellente soirée en amoureux ou entre amis.

Trajet vers Trinidad

Le lendemain matin, je loupe le petit-déjeuner « j’avais besoin d’une grosse nuit de sommeil. Puis je prends la route pour Trinidad, enfin presque parce que je me rends compte que mes pneus ont besoin d’un peu d’air supplémentaire. Donc retour sur Cienfuegos, à 15km car la station-service que je croise n’a pas l’équipement (j’aurais dû vérifier avant de quitter Cienfuegos). Regonflage et enfin le vrai départ pour Trinidad.
J’en profite pour prendre enfin mon petit-déjeuner vers midi (sandwich classique Jamon y Queso, un café, et un jugo de mango, je sais que ça ne se marrie pas trop, mais c’est exactement ce qu’il me fallait). Ça y est les pneus sont rassasiés et moi aussi. La route est excellente et en forme de montagnes russes.

Une halte botanique

Sur le trajet je fais un détour par le jardin botanico, entrée 2.50CUC à 17 km de Cienfuegos. Ne loupez sous aucun prétexte ce jardin qui est juste EXCEPTIONNEL. J’y suis donc resté 3 heures et je n’ai pas vu le temps passer. Quand vous arriverez au parking du jardin, continuez à pied jusqu’au fond de ce jardin et faîtes le tour sur votre droite. Vous allez en prendre plein les yeux et les oreilles, c’est certain que vous allez vous extasier. Prenez vraiment le temps de parcourir tous les chemins, vous irez de surprises en surprises. Je le répète, ne le loupez surtout pas, ce serait trop dommage !

Jardin botanique de Cienfuegos
Jardin botanique de Cienfuegos

Je reprends ma route pour Trinidad, attention sur cette portion la route est aussi empruntée par les « cangrejos » crabes rouges sur environ 10km.
Pour une fois je vous conseille de ne pas ralentir de trop et d’éviter les plus gros qui sont les seuls dangereux pour vos pneus (ils se baladent avec les pinces en l’air).
Vous serez obligés d’en écraser quelques-uns. Ainsi si vous roulez trop lentement les gros crabes auront le temps de se déplacer et peut-être d’atteindre un pneu. Moi même je n’ai pas crevé cependant. C’est un spectacle unique. La période de migration de ces crabes pour la mer va de Mai à Juin/Juillet.

A bientôt pour la prochaine partie de mon récit qui sera consacrée à Trinidad.

Découvrez d’autres articles blog sur Cuba :

Tags : cienfuegosrecits de voyagevoyage cuba
Richard

L'auteur Richard

De tous mes voyages, l'île de Cuba a été pour moi l'expérience la plus enrichissante. Ses paysages, ses villes coloniales, la chaleur et la gentillesse de ses habitants, c'est une véritable invitation au voyage.

Laisser un commentaire